Articles

Terawatt au pays des terrils…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Terawatt gère l’énergie électrique sur le site du Leclerc d’Autun avec un optimiseur Belharra de la gamme Synapse 2.0. Sans ce système Terawatt qui régule les différents équipements la saturation du contrat jaune atteindrai un niveau inacceptable.

En effet, l’entreprise a entièrement refait son coin boulangerie ajoutant un espace de fabrication sur place des plus modernes mais également énergivore.

Avant la mise en service de Belharra, des dépassements intempestifs ont engendrés des coûts d’énergie conséquents.

La production ne s’est pas arrêtée une seule journée, les cuisines, frigoristes, électriciens… et nos techniciens sont intervenus en respectant cette condition… et malgré toutes les problématiques à contourner…contrat rempli… Baguette, ficelles, pains de campagne et croissants étaient croustillants et dorés à souhait

Le magasin tenait à satisfaire sa clientèle même si une zone de travaux a occasionné une petite gène et impliqué quelques remaniements de rayons provisoires.

Désormais Belharra tourne , analyse, gère, optimise et cela en toute transparence tant pour l’utilisateur, boulanger qui travaille comme avant mais en consommant mieux … que pour le consommateurs qui achète la même baguette. Seul le gestionnaire voit la différence avec des factures ………… en baisse !

Le Leclerc est niché au cœur de la cité d’Autun, cette commune de Saône-et-Loire se situe en Bourgogne aux portes du Morvan. Il est rare de nos jours de trouver des hypermarchés en centre ville, surtout une ville de 14500 habitants avec une intercommunalité regroupant environ 27 000 habitants.

D’autant que la ville possède un caractère historique et de nombreux monuments ou curiosités. Dont les deux terrils de la plaine d’Autun uniques vestiges de l’exploitation minière dans cette région. A l’époque romaine était extraite l’huile minérale des schistes bitumineux, industrie qui se développa jusqu’aux années 1950 quand l’exploitation cessa car devenue trop coûteuse.

Ces collines artificielles devinrent alors un milieu naturel dont les naturalistes veulent protéger la richesse entomologique, entre autre, les nombreuses variétés de papillons. Il est noté que le projet d’exploitation de l’uranium que contiennent les roches constituant les cônes de schistes condamnerait ce sanctuaire naturel unique en son genre qui donne toute son originalité aux paysages de la vallée de l’Arroux…